Le Zeugma de Pierre Desproges

Publié le par RMYBR

medium_z.gif
Zeugma
n.m. (mot grec signifiant réunion)
Procédé tordu qui consiste à rattacher grammaticalement deux ou plusieurs noms à
un adjectif ou un verbe qui, logiquement, ne se rapporte
qu’à l’un des noms.
Suis-je clair ?
Non ?
Bon.
Exemple de zeugma :

« En achevant ces mots, Damoclès tira de sa poitrine un soupir et
de sa redingote une enveloppe jaune et salie »

(ANDRE GIDE). C’était un zeugma.

En voici un autre :
« Prenant son courage à deux mains et sa
Winchester dans l’autre, John Kennedy se tira une balle dans
la bouche » (RICHARD NIXON, J’ai tout vu, j’y étais).

Plus périlleux, le double
zeugma ; « Après avoir sauté sa
belle-sœur et le repas de midi, le Petit Prince reprit enfin
ses esprits et une banane » (SAINT-EXUPERY, ça creuse).

Tel est le zeugma. Il était bon, ami lecteur, que tu le susses.
Oh, certes, on peut très bien
vivre sans connaître la signification du zeugma.

Une récente statistique nous apprend que plus de quatre-vingt
quinze pour cent des mineurs lorrains ignorent totalement ce
qu’est un zeugma !! Est-ce que cela les empêche
d’aller au charbon en sifflotant gaiement la Marche turque ?
Mais introduisez
maintenant l’un de ces mêmes mineurs dans un salon
mondain, et branchez la conversation sur le zeugma :

qui a l’air con ?

Dictionnaire superflu à l’usage
de l’élite et des bien
nantis
(Points/ Seuil,
1985)

Publié dans Littérature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article